Archives pour la catégorie Non classé

Le conseil scientifique

Téléchargez le fichier du conseil scientifique

Noms – Prénoms Villes
Cohen_60_90 Cohen Ariel Paris 
assyag-patrick-60-90 Assyag Patrick Paris
bruere_didier_60_90 Bruère Didier Tours
carriere-thierry_60_90 Carrière Thierry Schiltigheim
charron-philippe_60_90 Charron Philippe Paris
damy_thibaud_60_90 Damy Thibaut Créteil
denolle-thierry_60_90 Denolle Thierry Dinard
ferriere_jean_60_90 Ferrières Jean
fossati-frederic-60-90 Fossati Frédéric Lille
guenoun-maxime_60_90 Guenoun Maxime Plan de Cuques
hanon_olivier_60_90 Hanon Olivier Paris
Kownator Serge Thionville
Lacotte Jérôme Massy
lazarus_arnaud_60_90 Lazarus Arnaud Saint-Cloud
malergue-marie-christine_60_90 Malergue Marie-Christine Paris
marcadet-dany_60_90 Marcadet Dany-Michel Marseille
mas_jean_louis_60_90 Mas Jean-Louis Paris
maudiere-arnaud_60_90 Maudière Arnaud Marseille
meune_christophe_60_90 Meune Christophe Bobigny
 Perrard_60_90 Perrard Grégory Bailleul
piot-olivier_60_90 Piot Olivier Saint-Denis
pouchelon-elisabeth_60_90 Pouchelon Elisabeth Toulouse
pradeau_vincent_60_90 Pradeau Vincent Cenon
tribouilloy_christophe_60_90 Tribouilloy Christophe Amiens
valensi-paul_60_90 Valensi Paul Bondy
villaceque_marc_60_90 Villaceque Marc Nîmes
walch-jean-michel_60_90 Walch Jean-Michel Aulnay-sous-Bois

Tutoriels matériel de vote

Vous avez en main un système de vote comprenant un ensemble logiciel et boîtiers reconnu comme étant un outil simple et performant.

Dans un premier temps :
1. Branchez votre récepteur sur le port usb de votre PC et insérez la clé blanche (récepteur).
2. Distribuez les télécommandes oranges à chaque participant. Celles-ci seront automatiquement reconnues par votre PC dès que les participants répondront à la première question.
3. La télécommande blanche est pour vous (servez-vous de la fiche jointe avec le PC pour vous en servir)

SI vous avez le moindre doute, des tutoriels vous permettront de vous aider pour organiser votre session en toute quiétude.

Le mot de passe pour accéder aux vidéos est : qb0415

1. Création de session / Attribution des télécommandes / Fichier de référence 
Attribution des télécommandes 
Fichier de référence

2. Utilisation de la télécommande Administrateur / Affichage des résultats instantanés 
Télécommande administrateur

3. Export Excel des résultats 
En général
Impression de l’Avant après
Questionnaire avec thèmes 

4. Personnalisation de QuizzBox 
Excel et affichage résultats instantanés

5. Propriétés du questionnaire 
Chronomètre
Affichage des résultats instantanés

6. Astuces 
Echange de télécommandes en cours de questionnaire
Redémarrage du questionnaire

E-santé – Premiers résultats prometteurs de l’étude SOPHOC

Utilisation encourageante des objets connectés par des patients hypertendus

L’Union de formation et d’évaluation en médecine cardiovasculaire (UFCV) dresse un bilan positif à mi-parcours de l’étude de suivi observationnel de patients hypertendus par les objets connectés (SOPHOC).
Les objets connectés peuvent-ils contribuer à l’amélioration de la prise en charge des patients hypertendus, notamment dans le suivi des mesures hygiéno-diététiques ? Les cardiologues peuvent-ils préconiser ces objets à leurs patients ?
Pour répondre à ces interrogations, l’UFCV, filiale de formation du Syndicat national des spécialistes des maladies du coeur et des vaisseaux, a lancé en décembre 2015 l’étude SOPHOC de façon à analyser le comportement des patients hypertendus équipés d’objets connectés. « Le but était de voir si un patient non-geek utiliserait ces appareils de lui-même », explique le Dr Marc Villacèque, cardiologue. Avec l’essor de ces objets, il est difficile de s’y retrouver ; or, les spécialistes concernés réclament une caution scientifique.
Pour l’étude SOPHOC, 12 cardiologues libéraux ont noué un partenariat avec l’entreprise de santé connectée Withings pour l’aide technique. La société a équipé 50 patients (âgés de 56 ans en moyenne) d’un bracelet traqueur d’activité et d’un appareil tensiomètre connecté sans fil. L’application Withings a été installée  sur les smartphones de chaque participant. « 35 % ne connaissaient pas les objets connectés », précise le Dr Villacèque. Pendant un an, le patient a utilisé les appareils à sa guise. « Nous avons décidé de ne pas être interventionnistes pour être au plus proche de la vie réelle », souligne le cardiologue. Les patients testeurs recevaient des messages sur l’appli l’encourageant à l’activité physique et à des mesures hygiéno-diététiques. Ils ont aussi été reçus deux fois en consultation à six mois d’intervalle.

Amélioration de la tension
Les premiers résultats présentés au congrès international de l’e-cardiologie à Berlin début novembre ont été bien accueillis. Un an après le lancement, 63 % des participants utilisaient encore le bracelet traqueur d’activité et 60 % l’appareil tensionnel connecté, preuve d’un recours spontané à ces objets.
Le suivi a permis une progression du nombre moyen de pas quotidien de 4 467 à 5 785. La tension systolique moyenne est passée de 136 à 134 mmHg. Pas question pour autant de crier victoire. « Les patients n’ont pas fait l’effort de rentrer leur poids dans l’application, ils n’étaient pas équipés de balance connectée, nuance le Dr Villacèque. Parfois, les objets ne se connectaient pas automatiquement à l’application. Et nous avons rencontré des difficultés pour anonymiser les participants ».

L’étude se poursuivra en 2017, et l’équipe n’exclut pas de confier aux cardiologues un rôle d’orientation. Un retour sur l’impact de ce suivi sur l’exercice du cardiologue est attendu.
© Le Quotidien du Médecin – 28 novembre 2016

Une étude mesure l’adhésion des patients hypertendus aux objets connectés

Paris, 29 novembre 2016 (TICsanté) – Les résultats préliminaires à cinq mois d’une étude sur le suivi observationnel de patients hypertendus par les objets connectés (Sophoc) présentés fin octobre à Berlin montrent que 63 % des patients utilisent encore un bracelet traqueur d’activité, et 60 % un tensiomètre connecté.

Initiée en décembre 2015 par l’Union de formation et d’évaluation en médecine cardiovasculaire (UFCV), filiale de formation du Syndicat national des spécialistes des maladies du coeur et des vaisseaux, l’étude Sophoc vise à démontrer l’acceptabilité des objets connectés de suivi de l’hypertension et à évaluer leurs apports dans la prise en charge de la pathologie.
Elle se compose de 50 patients choisis dans toute la France par 12 cardiologues libéraux. Les patients ont un âge moyen de 56 ans et 35 % d’entre eux ne connaissaient pas les objets connectés avant de participer à l’étude. Près de 8 % n’avaient jamais utilisé de smartphone ou de tablette auparavant.
Chaque patient a été doté d’un traqueur d’activité fourni par la société Withings et d’un tensiomètre connecté de la même marque, acheté par les cardiologues.
Les médecins ont installé sur le téléphone des patients l’application « Health Mate » de Withings afin d’enregistrer et de pouvoir suivre à distance les données concernant leur tension et leur activité. Les données collectées sont la date de naissance, le sexe, la tension artérielle, le nombre de pas réalisés au quotidien par le patient et son poids, rentré manuellement.
Les patients ont reçu chaque semaine un message sur leur application mobile encourageant la prise en charge globale de l’hypertension artérielle avec le rappel des mesures hygiéno-diététiques. Une visite à six mois, puis à un an, est prévue chez le cardiologue et la liberté d’utiliser ou non les objets connectés est laissée au patient.

« Nous avons voulu coller au maximum aux conditions de vie réelle des patients et donc les laisser maîtres de l’utilisation des objets et respecter la calendrier habituel des visites chez le spécialiste », a expliqué à TICsanté le Dr Elisabeth Pouchelon, en charge de l’étude.

Les résultats à cinq mois ont été présentés au congrès international eCardiology de Berlin organisé les 27 et 28 octobre derniers. Ils font apparaître une progression du nombre de pas moyen par jour de 4 467 à 5 785 et une légère baisse de la tension systolique moyenne passant de 136 à 134 mmHg.
« Deux patients ont arrêté d’utiliser les objets connectés car ils ont trouvé l’expérience trop stressante », a indiqué le Dr Pouchelon.
L’UFCV réfléchit actuellement à l’intérêt d’inclure davantage de patients à l’étude pour obtenir des résultats statistiquement plus solides, ou à poursuivre l’expérience au-delà d’un an.
« Si nous arrivons en fin d’étude à au moins un patient sur deux qui utilise encore ces objets connectés, nous aurons réussi à montrer leur acceptabilité », a estimé le Dr Pouchelon.
Quant à l’apport pour la prise en charge des patients, la cardiologue relève que des progrès en termes d’activité physique et de tension, « même faibles », pourraient avoir un impact sur la santé publique étant donné que l’hypertension « touche environ 20 % de la population ».
« Peu de personnes peuvent bénéficier d’un coaching très serré et les programmes d’éducation thérapeutique nécessitent d’importantes ressources financières et humaines », a-t-elle observé, jugeant que « les objets connectés ne coûtent pas si cher ».
Elle a tenu à souligner « l’indépendance totale de l’étude » vis-à-vis de la société Withings qui n’a fourni aucun financement et a laissé aux cardiologues « une liberté totale sur le protocole d’étude et la gestion des données ».
rm/ab

Voir les communiqués de presse

 

Contacts : 
Dr Elisabeth Pouchelon : 06 37 72 00 71
Dr Marc Villacèque : 06 82 43 36 83
SNSMCV 13 rue Niepce 75014 – Tél 01 45 43 70 76

Comptes Twitter :
[@cardionumerique]
[@syndicardio]

Sites internet
Syndicardio
Ufcv
Le Cardiologue

1ère étude sur l’utilisation des objets connectés chez les patients hypertendus

Résultats préliminaires

Les objets connectés peuvent-ils participer à l’amélioration de la prise en charge des patients hypertendus, notamment au niveau des mesures hygiéno-diététiques ? Les cardiologues peuvent-ils préconiser ces objets à leur patients et lesquels ?

Ce sont les questions que s’est posée l’UFCV (Union de Formation et d’évaluation en médecine CardioVasculaire), filiale de formation du Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux, et à laquelle espèrent répondre les cardiologues libéraux.

Constatant l’essor des objets connectés, les cardiologues libéraux ambitionnent d’en faire un outil partagé avec leurs patients pour améliorer le suivi des mesures hygiéno-diététiques, de l’activité physique et du traitement des hypertendus. Les objets connectés étant, à ce jour, surtout étudiés chez les personnes bien portantes, il est apparu utile d’évaluer l’apport de ces technologies chez les malades.

L’étude SOPHOC (Suivi Observationnel de Patients Hypertendus par les Objets Connectés), qui a débuté en décembre 2015, se composait de 50 patients à travers toute la France, l’âge moyen était de 56 ans et dont 35 % ne connaissaient pas les objets connectés. Des appareils de marque Withings (traqueur d’activité, appareil tensionnel connecté sans fil) ont été donnés aux patients par les cardiologues qui leur en expliquaient le fonctionnement. Cette étude est indépendante de Withings (qui apportait seulement une aide technique). Les patients étaient libres de les utiliser ou pas. L’intérêt était de voir si un patient non geek utiliserait ces appareils de lui-même. De plus chaque semaine, le patient recevait un message directement sur son application qui encourageait la prise en charge globale de l’hypertension artérielle avec notamment les mesures hygiéno-diététiques et l’activité physique.

Les résultats préliminaires à 5 mois, présentés au congrès international eCardiology de Berlin en octobre 2016, montrent que 63 % utilisaient encore le bracelet traqueur d’activité, 60 % utilisaient l’appareil tensionnel connecté. Le nombre de pas moyen a progressé de 4 467 à 5 785, la tension systolique moyenne passant de 136 à 134 mmHg. L’intérêt de cette étude était de montrer l’utilisation spontanée de ces objets chez le malade, sans l’intervention directe du médecin.

Rendez-vous dans un an pour les résultats complets et leurs interprétations en termes d’acceptabilité, de faisabilité, mais peut-être aussi d’efficacité sur le respect des mesures hygiéno-diététiques et de l’activité physique, le contrôle de la pression artérielle et le bilan lipidique.

Contacts : 
Dr Elisabeth Pouchelon : 06 37 72 00 71
Dr Marc Villacèque : 06 82 43 36 83
SNSMCV 13 rue Niepce 75014 – Tél 01 45 43 70 76

Comptes Twitter :
[@cardionumerique]
[@syndicardio]

Sites internet
Syndicardio
Ufcv
Le Cardiologue

Les cardiologues se connectent avec leurs patients


Le Dr Elisabeth Pouchelon, cardiologue et membre du projet Sophoc, nous explique l’étude réalisée par le syndicat des cardiologues (SNSMCV) sur l’utilisation des objets connectés et le suivi des patients dans leur pathologie chronique.

Les objets connectés peuvent-ils participer à l’amélioration de la prise en charge des patients hypertendus ou des cardiaques chroniques ?
C’est la question que s’est posée l’UFCV (Union de Formation et d’évaluation en médecine CardioVasculaire), filiale de formation du Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux, et à laquelle espèrent répondre les cardiologues libéraux.
Ils viennent de terminer l’inclusion de 50 patients hypertendus dans l’étude SOPHOC (Suivi Observationnel de Patients Hypertendus par les Objets Connectés), étude élaborée par la commission santé numérique de l’UFCV.

Constatant l’essor des objets connectés, les cardiologues libéraux ambitionnent d’en faire un outil partagé avec leurs patients pour améliorer le suivi des mesures hygiéno-diététiques, de l’activité physique et du traitement des hypertendus.
Les objets connectés étant, à ce jour, surtout étudiés chez les personnes bien portantes, il est apparu utile d’évaluer l’apport de ces technologies chez les malades.
Loin des protocoles lourds et dispendieux les cardiologues ont choisi d’utiliser des objets connectés déjà existants (partenariat avec la société française Withings), en observant tout simplement dans la vraie vie l’effet des objets connectés sur leurs patients, associés à quelques messages spécifiques ajoutés dans l’application Withings.
Ainsi, des cardiologues libéraux de toute la France et de tous âges, non nécessairement « geeks », ont proposé une montre et un appareil tensionnel connectés aux patients de la vraie vie (souvent âgés et pas toujours à l’aise avec les nouvelles technologies).
Rendez-vous dans six mois pour les premiers retours sur l’acceptabilité d’une telle prise en charge par les patients et leurs cardiologues puis à un an pour les résultats complets en termes d’acceptabilité, de faisabilité mais peut-être aussi d’efficacité sur le respect des mesures hygiéno-diététiques et de l’activité physique, le contrôle de la pression artérielle et le bilan lipidique.

Contacts
Dr Elisabeth Pouchelon – Tél.: 06 37 72 00 71
Dr Marc Villacèque – Tél.: 06 82 43 36 83
SNSMCV : 13 rue Niepce 75014 – Tél.: 01 45 43 70 76

Comptes Twitter
https://twitter.com/cardionumerique [@cardionumerique]
https://twitter.com/syndicardio [@syndicardio]

Sites Internet
www.syndicardio.org
www.ufcv.org
www.lecardiologue.org