Archives pour la catégorie Formations

Questions/Réponses

Question

Le Développement professionnel continu est-il obligatoire ?

Oui.  Le DPC est une obligation. La loi HPST (Loi n°2009-879 du 21 juillet 2009) instaure l’obligation de DPC à l’ensemble des professions de santé.

Qu’est-ce que le DPC ?

Le DPC est la fusion de l’Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP), nouvellement Analyse des Pratiques Professionnelles et de la Formation Médicale Continue (FMC).

♦ Il s’agit d’une démarche globale comprenant des actions de formation continue, d’évaluation des pratiques, de gestion des risques qui peuvent être réalisées soit distinctement soit couplées au sein de programmes dit intégrés ;

♦ Il constitue une obligation triennale pour les professionnels de santé qui doivent rendre compte tous les trois ans via un outil de traçabilité adapté (port-folio) de leur engagement dans la démarche ;

♦ Il porte sur le cœur de métier : le processus de prise en charge, dans un objectif d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins ;

♦ Il a un contenu scientifique validé ;

♦ Il s’inscrit dans des priorités pluri-annuelles de trois ordres : des priorités par profession et/ou discipline, des priorités nationales de santé, des priorités fixées dans le cadre du dialogue conventionnel.

♦ Il prévoit une gestion scientifique et pédagogique par la profession via le conseil national professionnel de la cardiologie (priorités, parcours, méthodes).

Comment s’inscrire à une formation de DPC sur le site de l’UFCV ?

Cliquez sur l’icône « Toutes les formations » et choisissez votre formation.

– Si vous êtes déjà inscrit sur le compte UFCV, vous devez juste renseigner votre email et créer votre mot de passe.

– Si vous êtes un nouvel utilisateur, vous devez remplir le formulaire sans oublier de joindre vos documents (feuille de soins, attestation URSSAF,… dématérialisés) et de cocher la mention « Je m’engage sur l’honneur… »

Parallèlement, si cela n’a pas déjà été fait, vous devez vous inscrire sur www.mondpc.fr, sinon vous n’aurez pas d’indemnisation.

Quelle sera mon indemnisation ?

L’indemnisation pour perte de ressource est actuellement de 517, 50 € par programme, dans la limite de 2 programmes par an. Ce montant est soumis à l’enveloppe de financement de l’OGDPC qui vous reverse cette somme. Le délai de paiement est long et peut atteindre 6 mois.

L’UFCV ne facture pas de frais aux participants.

Je n’arrive pas à créer mon profil auprès de l’ANDPC ?

L’UFCV peut vous accompagner dans la création de votre profil, vous pouvez nous contacter par téléphone 01.45.42.74.19.

Sur le site www.mondpc.fr : la création de votre compte se fait par le bouton « Créez votre compte ».

  • Votre email devient votre identifiant.
  • Tous les champs marqué d’une astérisque doivent être remplis.
  • Pensez à cocher la case correspondante à votre cas dans les coordonnées bancaires et joignez un RIB, sinon vous ne serez pas indemnisez.

La hotline de l’ANDPC peut vous aider pour toute modification de coordonnées ou de soucis techniques, soit par téléphone au 01 76 21 59 00, soit par mail sur Hotline ogdpc.

Les heures d’ouverture de la hotline :
Du lundi au jeudi de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00.
Le vendredi de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 16h30.

Je n’ai pas reçu l’indemnisation prévue par l’ANDPC ?

Vous devez vous assurer que vous avez bien validé votre demande d’inscription sur www.mondpc.fr, onglet « Mes DPC », un bouton vert doit apparaître dans la colonne Ma Réponse. Cette démarche est à faire au maximum 6 jours après la formation. Elle ne sera plus possible ensuite.

Pour consulter les paiements, vous devez aller sur l’onglet « Mon forfait DPC ».

Nous vous indiquons si l’UFCV a reçu un financement pour la session à laquelle vous avez assistée car l’organisme formateur est réglé quelques jours avant le participant.

Le délai de paiement est long et peut atteindre 6 mois.

Dans tous les cas, vous pouvez contacter l’ANDPC, soit par téléphone au 01 48 76 19 05, soit par mail sur Info ogdpc.

Les heures d’ouverture de la hotline :
Du lundi au jeudi de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 16h30.
Le vendredi de 9h00 à 12h30.

Comment le cardiologue peut-il prouver sa participation à une action de DPC ?

L’UFCV délivre une attestation au médecin justifiant de sa participation, au cours de l’année civile, à un programme de développement professionnel continu.
Simultanément, il transmet par voie électronique les attestations correspondantes au conseil départemental de l’Ordre des médecins dont chaque médecin relève.
Le modèle de l’attestation sera défini par arrêté du ministre de la Santé (non encore publié).

Que se passe-t-il si le cardiologue ne remplit pas son obligation de DPC ?

Le conseil départemental de l’Ordre des médecins demande au cardiologue pour quelles raisons il n’a pas respecté cette obligation.
Au vu des éléments de réponse communiqués, le conseil départemental de l’Ordre apprécie la nécessité de mettre en place un plan annuel personnalisé de développement professionnel continu et notifie à l’intéressé qu’il devra suivre ce plan.
L’absence de mise en œuvre de ce plan par le cardiologue peut constituer un cas d’insuffisance professionnelle au sens de l’article L. 4113-14.

Les thèmes de formation

Les thèmes DPC
FAF-PM

Insuffisance cardiaque 

– Bon usage du traitement électrique chez l’insuffisant cardiaque
– L’éducation thérapeutique d’un patient atteint de maladie cardiaque
– Prise en charge de la cardiomyopathie dilatée
– Prise en charge de la cardiomyopathie hypertrophique
– Traitement non pharmacologique de l’insuffisance cardiaque terminale :
transplantation cardiaque et assistance circulatoire
– Prise en charge cardiologique ambulatoire de l’insuffisant cardiaque âgé
– Prise en charge de l’insuffisant cardiaque
– Insuffisance cardiaque terminale : intérêt de la greffe cellulaire

Insuffisance coronaire 

– Dépistage et suivi de l’insuffisance coronaire stable
– ECG d’effort et mesure de la VO² en cardiologie – Cœur à l’effort
– Explorations non invasives à visée coronaire
– Prescription de l’activité physique : risques et pathologies cardiovasculaires
– Prescription des statines
– Prise en charge ambulatoire de l’infarctus du myocarde avec ou sans sus décalage du segment ST
– Bon usage de la réadaptation cardiovasculaire chez le patient cardiaque

Rythmologie

– Prise en charge des patients atteints de fibrillation auriculaire
– L’ablation de la fibrillation auriculaire
– Prise en charge des syncopes
– Prise en charge des tachycardies supra ventriculaires
– Prise en charge des troubles du rythme ventriculaire – Mort subite
– Suivi ambulatoire des porteurs d’un stimulateur ou défibrillateur cardiaque
– Télémédecine, un nouvel enjeu pour les professionnels de santé
– Les syndromes électriques du cœur (Wolf, QT court, QT long, repolarisation précoce, Brugada)

Imagerie – échocardiographie – valvulopathies

– Bon usage de l’implantation percutanée de bioprothèse aortique sur rétrécissement aortique
calcifié (TAVI)
– Echocardiographie 1 : valvulopathies aortiques
– Echocardiographie 2 : insuffisance mitrale et prothèses valvulaires
– Echocardiographie 3 : fonction VG et insuffisance cardiaque
– Echocardiographie 4 : sources cardiaques d’embolie et de fibrillation auriculaire
– Echocardiographie 5 : pathologie coronaire
– Echocardiographie 6 : cœur droit et péricarde
– Echocardiographie 7 : HVG / cardiomyopathies hypertrophiques et restrictives
– Echocardiographie 8 : échocardiographie en réanimation, chirurgie et cathétérisme
interventionnel
– Imagerie en coupe dans les pathologies cardiaques et gros vaisseaux
– L’IRM en pathologie cardiovasculaire
– Prise en charge de la bicuspidie aortique
– Valvulopathies médicamenteuses
– Bonne pratique de l’échocardiographie doppler
– Les péricardites : du diagnostic au traitement
– Nouvelles techniques d’imagerie en échocardiographie-doppler
– Situations difficiles dans la quantification des valvulopathies
– Situations difficiles : pressions de remplissage du VG / fonction VG
– Situations difficiles : fonction VD / hémodynamique du cœur droit

Médecine interne

– Cardiopathies congénitales de l’adulte
– Suivi des cardiopathies congénitales vieillies
– Les biomarqueurs en pathologie cardiovasculaire
– Cœur et rein
–  Cœur et ménopause
– Cœur de femme
– Cœur et thyroïde
– Cardiopathies et grossesses
– Cardiopathies et pathologies rhumatismales
– Cœur d’athlète
– Cœur du sujet âgé
– Cœur et dysfonction érectile
– Cœur et obésité
– Cœur et voyages
– Le diabète de type II à haut risque cardiovasculaire
– Masses et tumeurs cardiaques
– Pathologie iatrogène médicamenteuse chez le sujet âgé en cardiologie
– Pathologies cardiovasculaires et syndrome d’apnée hypopnée obstructive du sommeil
– Péricardites et endocardites infectieuses
– Prévention du risque cardiovasculaire en chirurgie non cardiaque
– Prise en charge des complications cardiovasculaires des chimiothérapies – Cœur et cancer
– Prise en charge d’un patient sous anticoagulant
– NACO ou AVK
– La gestion péri-opératoire des anticoagulants
– Prise en charge d’une hyponatrémie en pathologie cardiovasculaire
– Prise en charge nutritionnelle du patient cardiaque
– Bronchopneumopathie chronique obstructive et HTAP
– Prise en charge des myocardites
– Prise en charge du risque cardiovasculaire des diabétiques
–  Prise en charge de l’hypertension artérielle pulmonaire
– Observatoire INDIQCARD d’événements porteurs de risque en pathologie cardiovasculaire
– Reprise et maintien au travail après accident cardiovasculaire
– Comprendre et prévenir les effets indésirables cardiovasculaires des médicaments
– Radioprotection pour les médecins non qualifiés
– Formation de formateurs dans le DPC
– Bonne pratique des groupes d’analyse de pratiques
– Urgence hypertensive
– Hypotension artérielle
– Lecture et analyse critique des publications en cardiologie
– AIT AVC
– Confrontation médico-chirurgicale dans les valvulopathies complexes
– L’Hypercholestérolémie Familiale en Cardiologie
– Confrontation médico-chirurgicale dans les valvulopathies complexes

Pathologies vasculaires

– Prise en charge de l’HTA essentielle de l’adulte
– Bilan d’une HTA résistante ou secondaire
– Pathologies de l’aorte
– Prise en charge de la maladie veineuse thromboembolique
– Prise en charge de l’artériopathie chronique oblitérante des membres inférieurs
– Sténoses carotidiennes et prévention des accidents vasculaires cérébraux
– Cœur et syndrome de Marfan

 

FAF validés jusque 2017-2019

– Les traitements hypolipémiants en cardiologie
– Apport de l’échocardiographie dans le cœur droit
– Quantification des valvulopathies : cas difficiles
– IRM en pathologie cardiovasculaire
– Conduite à tenir devant une communication interauriculaire (CIA)
– Cœur et marfan
– Situation difficile en cas de maladie coronaire : intérêt de la FFR
– Iatrogénie médicamenteuse chez le sujet âgé en cardiologie
– Gestion périoperatoire des anticoagulants
– Diagnostic et suivi de la maladie coronarienne stable
– Traitement non pharmacologique de l’insuffisance cardiaque terminale : transplantation CAR
– Sténose carotidienne et prévention des accidents vasculaires cérébraux
– Sources cardiaque d’embolies et fibrillation auriculaire
– Prévention du risque cardiovasculaire en chirurgie non cardiaque
– Cardiopathies congénitales de l’adulte
– Antivitamines K ou nouveaux anticoagulants (AOD) en pathologie cardiovasculaire
– Ablation de la fibrillation auriculaire
– Prescription de l’activité physique : risques et pathologies cardiovasculaires
– Prise en charge des troubles du rythme ventriculaire
– Prise en charge des myocardites
– Le syndrome coronaire aigu st +
– Cœur et rhumatologie
– Pathologies cardiovasculaires et syndrome d’apnée hypopnée obstructive du sommeil
– Les péricardites : du diagnostic au traitement
– Explorations non invasives a visée coronaire
– Insuffisance mitrale et prothèse valvulaire
– Les nouvelles techniques en échocardiographie doppler
– Amylose cardiaque
– ECG d’effort et mesure de la VO2 en cardiologie
– Antivitamines k ou nouveaux anticoagulants (NACO) en pathologie cardiovasculaire
– Prise en charge des syncopes
– Cardiopathies et grossesse
– Prise en charge du patient atteint d’un rétrécissement aortique calcifié
– Prise en charge des patients atteints de fibrillation auriculaire
– Les syndromes électriques du cœur : brugada, repolarisation precoce, WPW
– Cœur de femme

FAF-PM

Le FAF-PM est le Fonds d’Assurance Formation de la Profession Médicale.

Agréé en 1974, Le FAF-PM a pour mission de gérer des fonds issus de diverses origines et destinés à la formation continue des médecins exerçant à titre libéral.

Il est habilité depuis 1993 pour mobiliser les fonds de la formation professionnelle continue collectés en début d’année par l’URSSAF. Depuis 2007, une cotisation complémentaire est appelée pour les médecins ayant déclaré un conjoint collaborateur.

Cette cotisation représente actuellement la ressource essentielle du FAF-PM. Elle est calculée, pour les médecins libéraux comme pour toutes les autres professions libérales, sur la base de 0,25% du plafond annuel de la sécurité sociale soit 94 euros pour l’année 2015. La base de cette cotisation est de 0.34 % pour les médecins ayant déclaré un conjoint collaborateur.

A qui s’adresse le FAF-PM ?

Le FAF-PM est exclusivement réservé :
– aux médecins ayant un exercice libéral
– à leur conjoint collaborateur,
qui se sont acquittés de la cotisation pour la formation professionnelle (CFP) auprès de leur URSSAF.

Les formations n’ouvrent à aucun droit et à aucune indemnisation.

www.fafpm.org

Les thèmes

  • Les traitements hypolipémiants en cardiologie
  • Apport de l’échocardiographie dans le cœur droit
  • Quantification des valvulopathies : cas difficiles
  • IRM en pathologie cardiovasculaire
  • Conduite tenir devant une communication interauriculaire (CIA)
  • Cœur et marfan
  • Situation difficile en cas de maladie coronaire : intérêt de la FFR
  • Iatrogenie médicamenteuse chez le sujet âgé en cardiologie
  • Gestion périopératoire des anticoagulants
  • Diagnostic et suivi de la maladie coronarienne stable
  • Traitement non pharmacologique de l’insuffisance cardiaque terminale : transplantation CAR
  • Sténose carotidienne et prévention des accidents vasculaires cérébraux
  • Sources cardiaque d’embolies et fibrillation auriculaire
  • Prévention du risque cardiovasculaire en chirurgie non cardiaque
  • Cardiopathies congénitales de l’adulte
  • Antivitamines K ou nouveaux anticoagulants (AOD) en pathologie cardiovasculaire
  • Ablation de la fibrillation auriculaire
  • Prescription de l’activité physique : risques et pathologies cardiovasculaires
  • Prise en charge des troubles du rythme ventriculaire
  • Prise en charge des myocardites
  • Le syndrome coronaire aigu st +
  • Cœur et rhumatologie
  • Pathologies cardiovasculaires et syndrome d’apnée hypopnée obstructive du sommeil
  • Les péricardites : du diagnostic au traitement
  • Explorations non invasives à visée coronaire
  • Insuffisance mitrale et prothèse valvulaire
  • Les nouvelles techniques en échocardiographie doppler
  • Amylose cardiaque
  • ECG d’effort et mesure de la VO2 en cardiologie
  • Prise en charge des patients atteints de fibrillation auriculaire
  • Prise en charge de la bicuspidie aortique
  • Prise en charge nutritionnelle du patient cardiaque
  • Prise en charge du patient d’un atteint d un rétrécissement aortique calcifié
  • Prise en charge des syncopes
  • Prise en charge des patients porteurs un stimulateur ou un défibrillateur
  • Prise en charge des complications cardiovasculaires des chimiothérapies
  • Prise en charge de la maladie veineuse thrombo-embolique
  • Prise en charge de la cardiomyopathie hypertrophique
  • Prise en charge de la cardiomyopathie dilaté
  • Prise en charge d’une hyponatrémie en pathologie cardiovasculaire
  • Pathologies de l’aorte
  • Implantation percutane de bioprothse aortique sur rétrécissement aortique
  • Education thérapeutique chez le patient cardiaque
  • Cœur et rein
  • Cœur du sujet âgé
  • Cœur droit et péricarde
  • Bon usage du traitement électrique chez l’insuffisant cardiaque
  • Bon usage de la réadaptation cardiovasculaire chez le patient cardiaque
  • Prise en charge de l’insuffisant cardiaque

Le DPC

Business people working on project in office, sitting on the desk

Le Développement Professionnel Continu (DPC) est un dispositif de formations dédié aux professionnels de santé.

Le DPC a été créé par la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST) en 2009  et est  effectif depuis le 1er janvier 2013. I est dédié aux professionnels de santé de France (au sens du Code de Santé Publique, chapitre IV).

Consultez l’intégralité des textes légaux fondateurs du DPC


La nouvelle définition du DPC
(article 28 de la nouvelle loi de santé)

♦ Il s’agit d’une démarche globale comprenant des actions de formation continue, d’évaluation des pratiques, de gestion des risques qui peuvent être réalisées soit distinctement soit couplées au sein de programmes dit intégrés ;

♦ Il constitue une obligation triennale pour les professionnels de santé qui doivent rendre compte tous les trois ans via un outil de traçabilité adapté (port-folio) de leur engagement dans la démarche ;

♦ Il porte sur le cœur de métier : le processus de prise en charge, dans un objectif d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins ;

♦ Il a un contenu scientifique validé ;

♦ Il s’inscrit dans des priorités pluri-annuelles de trois ordres : des priorités par profession et/ou discipline, des priorités nationales de santé, des priorités fixées dans le cadre du dialogue conventionnel.

♦ Il prévoit une gestion scientifique et pédagogique par la profession via le conseil national professionnel de la cardiologie (priorités, parcours, méthodes).


Qui est concerné ?

Tous les professionnels de santé sont concernés (médecins libéraux, hospitaliers, salariés, toutes les professions médicales et paramédicales).


Pour quels objectifs ?

– perfectionner ses connaissances en santé,
– acquérir de nouvelles compétences,
– approfondir sa pratique professionnelle,
– améliorer la qualité de soins et la relation avec le patient.


 Comment se passe le DPC ?

Un programme de DPC, selon la méthode de l’audit clinique, s’articule autour de 4 étapes :

1. Audit 1. Les participants répondent à un questionnaire (appelé audit) dressant l’état des lieux de ses connaissances et de ses pratiques.
2. Session de formation (formation sur site ou téléphonique). Le professionnel de santé assiste à une formation adaptée à ses objectifs. Il acquiert de nouvelles compétences dans le domaine choisi.
3. Audit 2. Les participants répondent à un nouvel qui mesure l’évolution des connaissances suite à leur formation.
4. Synthèse des audits 1 et 2 (concernant tous les participants à la formation) avec conférence téléphonique et restitution de l’audit avec mise en place des pistes d’amélioration sous forme d’un powerpoint.

D’autres méthodes de DPC sont proposés par l’UFCV :

Vous pouvez télécharger le tableau des différentes méthodes ici.

Flyer DPC_900px

Qui finance les programmes de DPC ?

Le financement est géré par l’ANDPC. Pour bénéficier de l’indemnisation ANDPC, vous devez vous inscrire sur mondpc.fr.


Inscription à un programme de DPC ?

Vous devez préalablement créer un compte sur la plateforme de l’ANDPC : mondpc.fr.
Ensuite, créez votre identifiant sur notre site et choisissez vos formations DPC.


Les thèmes de DPC

Insuffisance cardiaque

– Bon usage du traitement électrique chez l’insuffisant cardiaque
– L’éducation thérapeutique d’un patient atteint de maladie cardiaque
– Prise en charge de la cardiomyopathie dilatée
– Prise en charge de la cardiomyopathie hypertrophique
– Traitement non pharmacologique de l’insuffisance cardiaque terminale :
transplantation cardiaque et assistance circulatoire
– Prise en charge cardiologique ambulatoire de l’insuffisant cardiaque âgé
– Prise en charge de l’insuffisant cardiaque
– Insuffisance cardiaque terminale : intérêt de la greffe cellulaire

Insuffisance coronaire

– Dépistage et suivi de l’insuffisance coronaire stable
– ECG d’effort et mesure de la VO² en cardiologie
– Explorations non invasives à visée coronaire
– Prescription de l’activité physique : risques et pathologies cardiovasculaires
– Prescription des statines
– Prise en charge ambulatoire de l’infarctus du myocarde avec ou sans sus décalage
du segment ST
– Bon usage de la réadaptation cardiovasculaire chez le patient cardiaque
– Les cas difficiles dans la maladie coronaire : intérêt de la FFR

Rythmologie

– Prise en charge des patients atteints de fibrillation auriculaire
– L’ablation de la fibrillation auriculaire
– Prise en charge des syncopes
– Prise en charge des tachycardies supra ventriculaires
– Prise en charge des troubles du rythme ventriculaire – Mort subite
– Suivi ambulatoire des porteurs d’un stimulateur ou défibrillateur cardiaque
– Télémédecine, un nouvel enjeu pour les professionnels de santé
– Les syndromes électriques du cœur (Wolf, QT court, QT long, repolarisation précoce, Brugada)
– Le Holter : interprétation des tracés complexes

Imagerie – échocardiographie – valvulopathies

– Bon usage de l’implantation percutanée de bioprothèse aortique sur rétrécissement aortique
calcifié (TAVI)
– Echocardiographie 1 : valvulopathies aortiques
– Echocardiographie 2 : insuffisance mitrale et prothèses valvulaires
– Echocardiographie 3 : fonction VG et insuffisance cardiaque
– Echocardiographie 4 : sources cardiaques d’embolie et de fibrillation auriculaire
– Echocardiographie 5 : pathologie coronaire
– Echocardiographie 6 : cœur droit et péricarde
– Echocardiographie 7 : HVG / cardiomyopathies hypertrophiques et restrictives
– Echocardiographie 8 : échocardiographie en réanimation, chirurgie et cathétérisme interventionnel
– Imagerie en coupe dans les pathologies cardiaques et gros vaisseaux
– L’IRM en pathologie cardiovasculaire
– Prise en charge de la bicuspidie aortique
– Valvulopathies médicamenteuses
– Les péricardites : du diagnostic au traitement
– Nouvelles techniques d’imagerie en échocardiographie-doppler
– Situations difficiles dans la quantification des valvulopathies
– Situations difficiles : pressions de remplissage du VG / fonction VG
– Situations difficiles : fonction VD / hémodynamique du cœur droit

Médecine interne

– Cardiopathies congénitales de l’adulte
– Les biomarqueurs en pathologie cardiovasculaire
– Cœur et rein
– Cœur et ménopause
– Cœur de femme
– Cœur et thyroïde
– Cardiopathies et grossesses
– Cardiopathies et pathologies rhumatismales
– Cœur d’athlète
– Cœur du sujet âgé
– Cœur et dysfonction érectile
– Cœur et obésité
– Cœur et voyages
– Le diabète de type II à haut risque cardiovasculaire
– Masses et tumeurs cardiaques
– Pathologie iatrogène médicamenteuse chez le sujet âgé en cardiologie
– Pathologies cardiovasculaires et syndrome d’apnée hypopnée obstructive du sommeil
– Péricardites et endocardites infectieuses
– Prévention du risque cardiovasculaire en chirurgie non cardiaque
– Prise en charge des complications cardiovasculaires des chimiothérapies – Cœur et cancer
– Prise en charge d’un patient sous anticoagulant
– NACO ou AVK
– La gestion péri-opératoire des anticoagulants
– Prise en charge d’une hyponatrémie en pathologie cardiovasculaire
– Prise en charge nutritionnelle du patient cardiaque
– Bronchopneumopathie chronique obstructive et HTAP
– Prise en charge des myocardites
– Prise en charge du risque cardiovasculaire des diabétiques
– Prise en charge de l’hypertension artérielle pulmonaire
– Observatoire INDIQCARD d’événements porteurs de risque en pathologie cardiovasculaire
– Reprise et maintien au travail après accident cardiovasculaire
– Comprendre et prévenir les effets indésirables cardiovasculaires des médicaments
– Radioprotection pour les médecins non qualifiés
– Formation de formateurs dans le DPC
– Bonne pratique des groupes d’analyse de pratiques
– Urgence hypertensive
– Hypotension artérielle
– Lecture et analyse critique des publications en cardiologie
– AIT AVC
– Confrontation médico-chirurgicale dans les valvulopathies complexes
– L’Hypercholestérolémie Familiale en Cardiologie
– Confrontation médico-chirurgicale dans les valvulopathies complexes

Pathologies vasculaires

– Prise en charge de l’HTA essentielle de l’adulte
– Bilan d’une HTA résistante ou secondaire
– Pathologies de l’aorte
– Prise en charge de la maladie veineuse thromboembolique
– Prise en charge de l’artériopathie chronique oblitérante des membres inférieurs
– Sténoses carotidiennes et prévention des accidents vasculaires cérébraux
– Cœur et syndrome de Marfan.