Tous les articles par Pascal Wolff

Les anticoagulants oraux en pathologie CV

En partenariat avec BMS-Pfizer, l’UFCV propose des réunions de formation pratico-pratique sur les questions que l’on se pose « en ville » à partir de situations et cas cliniques de la vraie vie.


Les situations

  • Anticoagulants oraux / les études
  • Anticoagulants oraux / cardioversion / chirurgie / relai AVK- Anticoagulants oraux / risque hémorragique
  • Anticoagulants oraux chez le patient coronarien
  • Anticoagulants oraux chez le sujet âgé insuffisant rénal porteur de combordités
  • Anticoagulants oraux chez le sujet en FA compliquée d’insuffisance cardiaque
  • Anticoagulants oraux chez le sujet aux antécédents de FA et d’accident vasculaire cérébral
  • Anticoagulants oraux / ablation de la FA
  • Anticoagulants oraux et maladie veineuse thrombo-embolique
  • Anticoagulants oraux / observance

Nos rendez-vous 2017

Cliquez sur  pour accéder à la carte du lieu de votre choix

Début des réunions : 20h30

MERCREDI 8 NOVEMBRE PARIS

LIEU : Petit Victor Hugo – 143 avenue Victor-Hugo, 75116 Paris 
EXPERT :  O. Hanon

JEUDI 9 NOVEMBRE BORDEAUX

LIEU : Novotel Bordeaux Lac – avenue Jean-Gabriel-Domergue – 33300 Bordeaux 
EXPERT : Ch. Mouton

JEUDI 9 NOVEMBRE STRASBOURG

LIEU : Le Relais de la Poste – 21 rue du Général-de-Gaulle – 67610 La Wantzenau 
EXPERT :  O. Morel

VENDREDI 24 NOVEMBRE CLERMONT-FERRAND

LIEU : Hôtel Radio – 43 avenue Pierre-et-Marie-Curie – 63400 Chamalières 
EXPERT :  A. Roux



Les villes pressenties

  • Avignon
  • Biarritz
  • Bordeaux
  • Clermont-Ferrand
  • Grenoble
  • Lille
  • Lyon
  • Marseille
  • Montpellier
  • Nantes
  • Nice
  • Nîmes
  • Paris
  • Rennes
  • Strasbourg
  • Toulouse
  • Tours

Comité scientifique

  • Patrick Assyag (Paris)
  • Thierry Carrière (Strasbourg)
  • Ariel Cohen (Hôpital Saint-Antoine, Paris)
  • Frédéric Fossati (Lille)
  • Olivier Hanon (Hôpital Broca, Paris)
  • Vincent Pradeau (Bordeaux)
  • Marc Villaceque (Nîmes)
  • Jean-Michel Walch (Paris, Seine-Saint-Denis)

Le conseil scientifique

Téléchargez le fichier du conseil scientifique

Noms – Prénoms Villes
Cohen_60_90 Cohen Ariel Paris 
assyag-patrick-60-90 Assyag Patrick Paris
bruere_didier_60_90 Bruère Didier Tours
carriere-thierry_60_90 Carrière Thierry Schiltigheim
charron-philippe_60_90 Charron Philippe Paris
damy_thibaud_60_90 Damy Thibaut Créteil
denolle-thierry_60_90 Denolle Thierry Dinard
ferriere_jean_60_90 Ferrières Jean
fossati-frederic-60-90 Fossati Frédéric Lille
guenoun-maxime_60_90 Guenoun Maxime Plan de Cuques
hanon_olivier_60_90 Hanon Olivier Paris
Kownator Serge Thionville
Lacotte Jérôme Massy
lazarus_arnaud_60_90 Lazarus Arnaud Saint-Cloud
malergue-marie-christine_60_90 Malergue Marie-Christine Paris
marcadet-dany_60_90 Marcadet Dany-Michel Marseille
mas_jean_louis_60_90 Mas Jean-Louis Paris
maudiere-arnaud_60_90 Maudière Arnaud Marseille
meune_christophe_60_90 Meune Christophe Bobigny
 Perrard_60_90 Perrard Grégory Bailleul
piot-olivier_60_90 Piot Olivier Saint-Denis
pouchelon-elisabeth_60_90 Pouchelon Elisabeth Toulouse
pradeau_vincent_60_90 Pradeau Vincent Cenon
tribouilloy_christophe_60_90 Tribouilloy Christophe Amiens
valensi-paul_60_90 Valensi Paul Bondy
villaceque_marc_60_90 Villaceque Marc Nîmes
walch-jean-michel_60_90 Walch Jean-Michel Aulnay-sous-Bois

Tutoriels matériel de vote

Vous avez en main un système de vote comprenant un ensemble logiciel et boîtiers reconnu comme étant un outil simple et performant.

Dans un premier temps :
1. Branchez votre récepteur sur le port usb de votre PC et insérez la clé blanche (récepteur).
2. Distribuez les télécommandes oranges à chaque participant. Celles-ci seront automatiquement reconnues par votre PC dès que les participants répondront à la première question.
3. La télécommande blanche est pour vous (servez-vous de la fiche jointe avec le PC pour vous en servir)

SI vous avez le moindre doute, des tutoriels vous permettront de vous aider pour organiser votre session en toute quiétude.

Le mot de passe pour accéder aux vidéos est : qb0415

1. Création de session / Attribution des télécommandes / Fichier de référence 
Attribution des télécommandes 
Fichier de référence

2. Utilisation de la télécommande Administrateur / Affichage des résultats instantanés 
Télécommande administrateur

3. Export Excel des résultats 
En général
Impression de l’Avant après
Questionnaire avec thèmes 

4. Personnalisation de QuizzBox 
Excel et affichage résultats instantanés

5. Propriétés du questionnaire 
Chronomètre
Affichage des résultats instantanés

6. Astuces 
Echange de télécommandes en cours de questionnaire
Redémarrage du questionnaire

E-santé – Premiers résultats prometteurs de l’étude SOPHOC

Utilisation encourageante des objets connectés par des patients hypertendus

L’Union de formation et d’évaluation en médecine cardiovasculaire (UFCV) dresse un bilan positif à mi-parcours de l’étude de suivi observationnel de patients hypertendus par les objets connectés (SOPHOC).
Les objets connectés peuvent-ils contribuer à l’amélioration de la prise en charge des patients hypertendus, notamment dans le suivi des mesures hygiéno-diététiques ? Les cardiologues peuvent-ils préconiser ces objets à leurs patients ?
Pour répondre à ces interrogations, l’UFCV, filiale de formation du Syndicat national des spécialistes des maladies du coeur et des vaisseaux, a lancé en décembre 2015 l’étude SOPHOC de façon à analyser le comportement des patients hypertendus équipés d’objets connectés. « Le but était de voir si un patient non-geek utiliserait ces appareils de lui-même », explique le Dr Marc Villacèque, cardiologue. Avec l’essor de ces objets, il est difficile de s’y retrouver ; or, les spécialistes concernés réclament une caution scientifique.
Pour l’étude SOPHOC, 12 cardiologues libéraux ont noué un partenariat avec l’entreprise de santé connectée Withings pour l’aide technique. La société a équipé 50 patients (âgés de 56 ans en moyenne) d’un bracelet traqueur d’activité et d’un appareil tensiomètre connecté sans fil. L’application Withings a été installée  sur les smartphones de chaque participant. « 35 % ne connaissaient pas les objets connectés », précise le Dr Villacèque. Pendant un an, le patient a utilisé les appareils à sa guise. « Nous avons décidé de ne pas être interventionnistes pour être au plus proche de la vie réelle », souligne le cardiologue. Les patients testeurs recevaient des messages sur l’appli l’encourageant à l’activité physique et à des mesures hygiéno-diététiques. Ils ont aussi été reçus deux fois en consultation à six mois d’intervalle.

Amélioration de la tension
Les premiers résultats présentés au congrès international de l’e-cardiologie à Berlin début novembre ont été bien accueillis. Un an après le lancement, 63 % des participants utilisaient encore le bracelet traqueur d’activité et 60 % l’appareil tensionnel connecté, preuve d’un recours spontané à ces objets.
Le suivi a permis une progression du nombre moyen de pas quotidien de 4 467 à 5 785. La tension systolique moyenne est passée de 136 à 134 mmHg. Pas question pour autant de crier victoire. « Les patients n’ont pas fait l’effort de rentrer leur poids dans l’application, ils n’étaient pas équipés de balance connectée, nuance le Dr Villacèque. Parfois, les objets ne se connectaient pas automatiquement à l’application. Et nous avons rencontré des difficultés pour anonymiser les participants ».

L’étude se poursuivra en 2017, et l’équipe n’exclut pas de confier aux cardiologues un rôle d’orientation. Un retour sur l’impact de ce suivi sur l’exercice du cardiologue est attendu.
© Le Quotidien du Médecin – 28 novembre 2016

SOPHOC – Communiqués de presse

Résultats préliminaires de la 1ère étude sur l’utilisation des objets connectés chez les patients hypertendus
Une étude mesure l’adhésion des patients hypertendus aux objets connectés
e-Santé – Premiers résultats prometteurs de l’étude SOPHOC

Une étude mesure l’adhésion des patients hypertendus aux objets connectés

Paris, 29 novembre 2016 (TICsanté) – Les résultats préliminaires à cinq mois d’une étude sur le suivi observationnel de patients hypertendus par les objets connectés (Sophoc) présentés fin octobre à Berlin montrent que 63 % des patients utilisent encore un bracelet traqueur d’activité, et 60 % un tensiomètre connecté.

Initiée en décembre 2015 par l’Union de formation et d’évaluation en médecine cardiovasculaire (UFCV), filiale de formation du Syndicat national des spécialistes des maladies du coeur et des vaisseaux, l’étude Sophoc vise à démontrer l’acceptabilité des objets connectés de suivi de l’hypertension et à évaluer leurs apports dans la prise en charge de la pathologie.
Elle se compose de 50 patients choisis dans toute la France par 12 cardiologues libéraux. Les patients ont un âge moyen de 56 ans et 35 % d’entre eux ne connaissaient pas les objets connectés avant de participer à l’étude. Près de 8 % n’avaient jamais utilisé de smartphone ou de tablette auparavant.
Chaque patient a été doté d’un traqueur d’activité fourni par la société Withings et d’un tensiomètre connecté de la même marque, acheté par les cardiologues.
Les médecins ont installé sur le téléphone des patients l’application « Health Mate » de Withings afin d’enregistrer et de pouvoir suivre à distance les données concernant leur tension et leur activité. Les données collectées sont la date de naissance, le sexe, la tension artérielle, le nombre de pas réalisés au quotidien par le patient et son poids, rentré manuellement.
Les patients ont reçu chaque semaine un message sur leur application mobile encourageant la prise en charge globale de l’hypertension artérielle avec le rappel des mesures hygiéno-diététiques. Une visite à six mois, puis à un an, est prévue chez le cardiologue et la liberté d’utiliser ou non les objets connectés est laissée au patient.

« Nous avons voulu coller au maximum aux conditions de vie réelle des patients et donc les laisser maîtres de l’utilisation des objets et respecter la calendrier habituel des visites chez le spécialiste », a expliqué à TICsanté le Dr Elisabeth Pouchelon, en charge de l’étude.

Les résultats à cinq mois ont été présentés au congrès international eCardiology de Berlin organisé les 27 et 28 octobre derniers. Ils font apparaître une progression du nombre de pas moyen par jour de 4 467 à 5 785 et une légère baisse de la tension systolique moyenne passant de 136 à 134 mmHg.
« Deux patients ont arrêté d’utiliser les objets connectés car ils ont trouvé l’expérience trop stressante », a indiqué le Dr Pouchelon.
L’UFCV réfléchit actuellement à l’intérêt d’inclure davantage de patients à l’étude pour obtenir des résultats statistiquement plus solides, ou à poursuivre l’expérience au-delà d’un an.
« Si nous arrivons en fin d’étude à au moins un patient sur deux qui utilise encore ces objets connectés, nous aurons réussi à montrer leur acceptabilité », a estimé le Dr Pouchelon.
Quant à l’apport pour la prise en charge des patients, la cardiologue relève que des progrès en termes d’activité physique et de tension, « même faibles », pourraient avoir un impact sur la santé publique étant donné que l’hypertension « touche environ 20 % de la population ».
« Peu de personnes peuvent bénéficier d’un coaching très serré et les programmes d’éducation thérapeutique nécessitent d’importantes ressources financières et humaines », a-t-elle observé, jugeant que « les objets connectés ne coûtent pas si cher ».
Elle a tenu à souligner « l’indépendance totale de l’étude » vis-à-vis de la société Withings qui n’a fourni aucun financement et a laissé aux cardiologues « une liberté totale sur le protocole d’étude et la gestion des données ».
rm/ab

Voir les communiqués de presse

 

Contacts : 
Dr Elisabeth Pouchelon : 06 37 72 00 71
Dr Marc Villacèque : 06 82 43 36 83
SNSMCV 13 rue Niepce 75014 – Tél 01 45 43 70 76

Comptes Twitter :
[@cardionumerique]
[@syndicardio]

Sites internet
Syndicardio
Ufcv
Le Cardiologue

Devenez expert dans votre métier

Découvrez nos programmes de développement professionnel continu (DPC) pris en charge par l’ANDPC avec nos formations couvrant toutes les thématiques indispensables aux pratiques de votre métier.
Ces formations se déroulent sous forme de conférence téléphonique en soirée à partir de 20h30.
L’intervenant est cardiologue libéral, coordinateur d’un réseau en Ile-de-France et membre de la Commission Education Thérapeutique du Patient de l’ARS.


Résumés et objectifs


Nos formations 2017

PRISE EN CHARGE DE L’HTA
ESSENTIELLE EN AMBULATOIRE 
ANTITHROMBOTIQUES
1_1 2_1
Du diagnostic à la thérapeutique en y associant les autres risques, athérosclérose, dyslipidémie, diabète, tabac, alimentation, sédentarité.

Gestion des antiagrégants, aspirine, Clopidogrel, AVK, chez le coronarien, insuffisant cardiaque, personnes agées avec de nombreuses comorbidités

PARCOURS DE SOINS DU PATIENT CARDIAQUE EN AMBULATOIRE EN VILLE EDUCATION THERAPEUTIQUE DE L’INSUFFISANT CARDIAQUE
3_1 4_1
Qui fait quoi ?

IDE – Le parcours de soins du patient cardiaque en ambulatoire en ville


3_1Résumé

Le parcours de soins de l’insuffisant cardiaque intègre l’infirmière qui joue un rôle central dans le suivi, la coordination des soins et en particulier l’éducation thérapeutique.
L’éducation thérapeutique fait partie intégrante du traitement du patient insuffisant cardiaque. Elle doit être prodiguée par un professionnel de santé formé à l’éducation thérapeutique, idéalement par un(e) infirmier(e) au domicile du patient.
Son objectif est de favoriser l’observance thérapeutique du patient, d’améliorer sa qualité de vie en le maintenant à domicile et en prévenant ainsi les hospitalisations.
Cette activité s’inscrit dans le parcours de soins coordonné par le médecin généraliste autour du patient.

Objectifs
L’objectif de cette formation est de renseigner l’infirmière sur :

  • le parcours de soins coordonné du patient par une équipe multidisciplinaire : rôle central de l’infirmière ;
  • les connaissances nécessaires concernant l’insuffisance cardiaque ;
  • les objectifs à atteindre à partir d’un diagnostic éducatif en matière d’éducation thérapeutique.

 

IDE – Antithrombotiques

2_1

Résumé
Les antithrombotiques comprennent à la fois les antiagrégants plaquettaires, les anticoagulants oraux ; l’antiagrégant plaquettaire le plus connu est l’aspirine. Les anticoagulants sont représentés par les AVK et les NACOs ou AOD.
L’indication principale des antiagrégants plaquettaires est représentée par la prévention secondaire après SCA ou AVC ischémique. Les indications principales des anticoagulants sont, pour les AVC, les prothèses mécaniques cardiaques, la FA et la thrombose veineuse.
Concernant les NACO, la FA et la thrombose veineuse aiguë.

Objectifs

A l’issue de la formation, les participants devront être capables de :

  • Connaître les différents antithrombotiques antiagrégants plaquettaires et anticoagulants oraux.
  • Connaître les indications de ces 2 types de médicaments.
  • Assurer le suivi de cette thérapeutique.
  • Mettre en place une éducation thérapeutique.

IDE – Prise en charge coordonnée et éducative du patient insuffant cardiaque à domicile

Résumé
L’insuffisance cardiaque est une pathologie grave du sujet âgé, présentant de nombreuses comorbidités ainsi qu’une polythérapie et dont la problématique est liée au nombre croissant d’hospitalisations.
La difficulté de sa prise en charge est liée au terrain fragilisé et au risque de iatrogénie médicamenteuse.
L’objectif est d’améliorer la qualité de vie de ces patients, de prévenir les réhospitalisations en assurant le maintien à domicile par une prise en charge coordonnée où l’infirmier(e) a un rôle majeur en participant au suivi clinique mais aussi à l’éducation thérapeutique du patient (connaissance de la maladie, des médicaments, des signes d’alerte avec un suivi régulier du poids).

Objectifs

A l’issue de la formation, les participants devront être capables de :

  • participer au suivi des constantes cliniques et biologiques ;
  • optimiser le suivi coordonné du patient avec le médecin généraliste et le cardiologue ;
  • assurer une information ou une éducation thérapeutique au patient et à son entourage ;
  • renseigner le patient sur sa maladie, son traitement, son régime désodé ;
  • s’approprier les signes d’alerte afin de pouvoir prévenir une réhospitalisation et maintenir le patient à domicile.